Un contrat de réservation et un acte de vente ne sont pas liés12/06/2017  



Des époux ont été démarchés à leur domicile par un spécialiste toulousain de la vente de défiscalisation immobilière. Ils ont conclu un contrat de réservation de divers lots d'un immeuble, puis les ont acquis en l'état futur d'achèvement en 2006. Toutefois, les conditions du démarchage comprenant un délai de rétractation de 14 jours n'avaient pas été respectées. Le contrat de réservation a donc été annulé mais les juges ont maintenu la validité de l'acte de vente. Les investisseurs contestent devant la Cour de Cassation estimant que le contrat de réservation et l'acte authentique de vente sont indissociables. Néanmoins, les juges rejettent leur pourvoi et considèrent que le contrat préliminaire de réservation étant facultatif, sa nullité est sans incidence sur la validité de l'acte de vente.
Cour de Cassation, 3e civ, 27/04/2017 (16-15519)


 Autres articles sur le même sujet :
Pas de défiscalisation pour ceux qui renoncent au Malraux

Quel est le traitement fiscal des travaux réalisés dans le cadre d'un contrat de vente d'immeuble à rénover ?

Terrain agricole : comment éviter la préemption ?

Il est possible de vendre ou d'acheter des terrains agricoles en échappant au droit de préemption de la Safer. Tel est le cas, selon la Cour de cassation, si la vente regroupe à la fois des biens agricoles et des biens non agricoles.

Un rapport pour réformer la fiscalité foncière

Un groupe de quatre parlementaires a présenté un rapport d'information sur "la mobilisation du foncier privé en faveur du logement".

Réforme du LMNP en vue

Le gouvernement envisage de réduire l'avantage fiscal des loueurs en meublé non professionnels.

Surtaxe sur les terrains non bâtis modifiée

Entrée en vigueur en 2015, la surtaxe sur les terrains non bâtis, mais constructibles, en zones tendues, va être modifiée en 2016 puis en 2017.

Délocalisation de la procédure d'agrément pour les monuments historiques

Un arrêté modifie la procédure d'agrément permettant aux propriétaires d'un immeuble classé détenu par une SCI non familiale non soumise à l'impôt sur les sociétés de bénéficier de dispositions fiscales particulières.