Les délais d’exonération de la résidence principale05/06/2017  



En première instance, une contribuable se voit confirmer l'imposition de la taxation des plus-values de sa résidence principale qu'elle a mis en vente en septembre 2007 mais dont la cession n'est intervenue que le 30 juin 2009 sachant qu'elle avait déclaré à l'administration fiscale être partie en octobre 2007. La Cour Administrative d'Appel réforme ce jugement car elle constate que le contribuable apporte la preuve qu'elle résidait dans ce bien jusqu'en décembre 2008 et qu'elle a bien confié un mandat de vente à une agence immobilière dès le mois de septembre 2007.
 
CAA de Paris du 03/05/17 n°16PA03412


 Autres articles sur le même sujet :
Délocalisation de la procédure d'agrément pour les monuments historiques

Un arrêté modifie la procédure d'agrément permettant aux propriétaires d'un immeuble classé détenu par une SCI non familiale non soumise à l'impôt sur les sociétés de bénéficier de dispositions fiscales particulières.

Promesse de vente ne vaut pas toujours vente

Une promesse de vente n'oblige à vendre que si l'on est précisément d'accord sur la chose vendue et sur le prix.

Terrain agricole : comment éviter la préemption ?

Il est possible de vendre ou d'acheter des terrains agricoles en échappant au droit de préemption de la Safer. Tel est le cas, selon la Cour de cassation, si la vente regroupe à la fois des biens agricoles et des biens non agricoles.

Surtaxe sur les résidences secondaires à Paris

À l’occasion du Conseil de Paris, la Ville a confirmé qu’elle allait adopter la surtaxe de 20% sur les résidences secondaires, avec pour objectif la récolte de 15 millions d'euros en 2015.

Remise en cause de la réduction d’ISF

Que devient la réduction d’ISF pour souscription de capital de PME en cas de cessation d’activité ?

L’usufruit locatif a le vent en poupe

Le modèle d’investissement en nue-propriété repose sur le principe d’un démembrement du droit de propriété, pendant une durée fixe, définie contractuellement.